betty black

29 juin 2017

ma bonne étoile... et l'ange gardien

j'ai appris qu'en plus de ma bonne étoile, celle qui brille pour moi quelque part, je ne sais pas où, mais elle est là,

j'ai donc un ange gardien. c'est la théorie de celle à qui je confie mes petons et qui me raconte des trucs que tu peux croire ou pas, qui peuvent t'agacer parce que tu ne veux pas y croire ou parce que ça fait trop mouche dans ton esprit cartésien aligné version rigide, certan dirait 'un peu pétée du casque, non ?" bref.

pendant que je racontais mes déboires et autres mésaventures comme celle de mon orteil soumis violemment à la force de la gravité appliquée à un tiroir caisse en chute depuis un mètre de hauteur...elle me dit "bon, le truc dans l'histoire, c'est que quand même, vous avez gagné un ange gardien, vous savez ça ?"

gigi, ange gardien ? encore et toujours, et pour toujours.

Posté par betty black à 23:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2017

dimanche soir

je ne twitte pas, je n'instagramme pas, je ne sais pas ce qu'est snap chat, j'ai enfin réussi à me connecter au groupe whatsapp des copines, j'ai un fb pour ne pas être trop à la ramasse, je n'utilise pas lkdin, ou si peu, et viaDo, je n'ai toujours pas compris l'intérêt, j'ai une boite mail pour les spams, une autre ancienne dont je n'arrive pas à me débarrasser, une nouvelle professionnelle, et pour le reste, c'est ici que ça se passe.

on a prolongé le week-end, parce que j'ai merdé dans l'organisation, je vieillis, je ne sais pas mais j'avais oublié que j'avais réservé, et résultat, j'ai acheté des billets, d'autres, sauf que j'en avais déjà, mais entretemps, le temps que je m'en rende compte, j'avais déjà tout modifié... pour rester plus longtemps... donc demain, les enfants craquent l'école ! nous, on surfe encore avant de prendre l'avion, et ce soir, on est peinard au bord de la mer... après deux jours de bonheur intégral.

et comme j'ai un ordi sous la main, et que je suis connectée au reste du monde, je viens d'apprendre qu'on me proposait une balade moto ce matin, moto fournie s'il vous plait, et deux sessions de yoga avec les copines que j'aime tellement... j'ai raté, mais pas tant, je ne peux pas tout faire, vois-tu, ce matin, j'ai dormi tard, j'ai pris un mega petit déj dans un jardin en ville, j'ai tourné aux halles, avant de boire le thé en lisant la presse... et l'heure d'aller surfer est arrivée !

j'aurais pu poster des photos de ces deux jours incroyables, mais non, j'ai préféré les vivre... mais ce soir, depuis ma fenêtre numérique, j'ai regardé ce qui se passait ailleurs, notamment sur le compte de celle qui un jour m'a annoncée une fin de non-revoir absoule et définitive. et je vais te raconter l'ironie de la chose. sur son compte de photos, il y a celle d'un verre de vin blanc près d'un bouquet de fleurs qu'elle s'est offert au marché, apéro qu'elle prend, j'imagine seule, face à l'église du bout de ma rue. et ben, limite je l'ai enviée. deux trois petites secondes. sa vie dans cette image m'a parue enviable. pas longtemps. mais quand même. ça m'interroge, ce pouvoir des images.

demain réveil pour ne pas rater la session de vagues. pendant qu'elle tachera de ne pas trop souffrir de la promiscuité dans le rer b...

Posté par betty black à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juin 2017

de l'air

de l'air, enfin.

et ce soir, je suis heureuse.

j'ai demandé à exprimer mon idée sur le rêve du patient présenté. le big chef a dit "c'est intéressant, et bien vu." et là, ça résonne dedans "VICTOIRE !!!"

j'ai vu le collègue avec lequel nous avions convenu de prendre un verre partir sur son scooter avec l'autre collègue pour la déposer à sa séance... j'ai envoyé un texto. je suis presque satisfaite de ce concours de circonstances, je n'avais pas très envie d'aller prendre ce verre, mais je pensais qu'il fallait que je le fasse pour adoucir certains angles avec ce collègue. me voici dédouannée de poursuivre mes tentatives.

mon fils me laisse des petits mots pour obtenir un smartphone pour sa rentrée au collège. ils sont trois sur 62 élèves de CM2 à ne pas posséder de portables semble-t-il. lui, son pote et un autre. je lui propose un tél comme le mien: appels et textos only, it's enough. blanc... euh, non maman, parce qu'à un moment ou un autre, je devrais le sortir et...
je complète : c'est trop la honte, ces téléphones ?
... hum, c'est ça...

j'annonce à une copromotionnaire de fac ma démission du 30% institutionnel, cela l'intéresse. je lui apprends mon admission à la formation, elle me félicite. elle me demande des précisions sur la raison de mon départ... et elle apprend que j'ai obtenu ce mi-temps de consultation : elle n'en revient pas et je sens son regard admiratif.

parce que je m'y suis prise comme un manche pour le week-end... on part un jour de plus à la mer, les enfants craquent l'école lundi et ça, c'est franchir un interdit que je n'aurais jamais cru pouvoir braver !

je ne vais pas assez dormir cette nuit, et pourtant, c'était une journée sans café. pas de causalité, donc.

 

Posté par betty black à 01:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 juin 2017

rentrer...

rentrer à vélo, t'inquiète, ça desecend tout du long... lâcher avant de se quitter devant la bouche de métro, c'est un peu mon quartier, là, mon studio est par là, celui que j'ai acquis quand je me suis séparée de mon premier mari... blanc... ah oui, une autre vie..?

ne rien dire (et penser : oui, celle-là)

et partir dans le vent soufflant à contre sens, emprunter les trottoirs au bitume lissé pour évoter les soubresauts des pavés de belleville,

passer devant le carillon avec la musique à fond. se dire qu'en 18 mois tout est encore mieux, parce qu'on sait que ce plaisir est fragile.

enchainer sur la rue du chateau où on boit tout sauf de l'eau.

croiser un regard, crier sophie en freinant fort, discuter le bout de gras, puis repartir.

une heure plus tard, trainer encore éveillée. dans 4h j'aurais fait 24h les yeux ouverts.

 

 

Posté par betty black à 00:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 juin 2017

être dans la lumière...

... très peu pour moi.

je suis la femme de l'ombre,
celle qui n'est pas là,
celle qui est indispensable,
celle qui a disparu,
celle qui n'existe pas,
celle qu'on ne voit pas,
celle qui ne dit rien,
celle dont on parle tout le temps, sans même savoir qu'on parle d'elle,

 

je suis l'absente présente par son absence même.

 

alors, être dans la lumière... moi ?
euh, ce sujet mérite réflexion.

Posté par betty black à 00:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2017

voir...

 je suis allée faire le cobaye (j'adore ça !) pour me former à des exercices pratiques pour que ma presbytie ne soit pas une fatalité, pour que je puisse m'abstenir de porter des lunettes, pour que je voie net et contrasté.

et bien, tu le crois ou pas, j'ai adoré.

à moi la méthode Bates, vive le palming et l'exposition, bricolons la corde avec des perles pour la bipolarisation, que viva mes yeux !!!

Posté par betty black à 00:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 juin 2017

deux abords différents

c'est une ville où j'essaie d'aller une fois par an, parce que je l'aime. je l'ai découverte un pue par hasard, quelques heures de rab' sur ma journée de déplacement il y a 20 ans et plus de ça, première grosse mission de conseil pour moi.

j'ai fait un petit détour, et je me suis promenée dans la ville, comme ça, pour voir. j'ai beaucoup aimé.

ce week-end, j'ai réussi à y aller avec l'homme. pour un événement, auquel il participait. tu me crois ou pas. mais il est sorti de la voiture pour entrer dans la grande demeure samedi en début d'après-midi, en est sorti dimanche peu avant midi pour entrer dans un taxi. Il n'a vu de cette ville qu'un bâtiment, et de l'intérieur.

j'ai trouvé le temps de baguenauder, tourner, virer dans la lumière du couchant, et les sons des cloches de la Major pour la sortie des mariés , je voulais aussi aller au brunch du mariage de la jolie collègue, donné dans l'hôtel de la rue d'à côté, il n'a pas voulu y aller "on connait personne..." (oui, et alors ? on est invités !)... bref. complémentaires, on dira..

 

 

Posté par betty black à 22:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 juin 2017

casting

voila, voila, voila... la fille d'une amie m'appelle, elle est assistante de casting, elle cherche une petite fille de 8 ans pour jouer la fille d'une actrice aux yeux verts dans le prochain film de... alors, elles ont pensé à... Luciole !

j'ai envoyé le dossier.

affaire à suivre.

 

Posté par betty black à 22:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2017

constat

je ne suis marraine d'aucun enfant. jamais personne de mes amis ne m'a proposé d'être la marraine d'un de leurs rejetons.

 

si je n'avais pas fait d'analyse, je pense que je n'aurais jamais eu d'enfant. je ne serai jamais devenue mère. qu'est-ce qui s'est transmis de notre mère, de nos grands-mères, pour que nous, les filles, n'ayons pas cette envie d'enfant ? je pense sincèrement que je serais restée sans enfant si... ma vie n'avait pas pris cet angle-là.

et ej pense qu'à l'époque où mes amies avaient des enfants, il était hors de question pour moi d'en avoir, et donc, même par procuration, qu'on me confie un petit d'amie.

Posté par betty black à 22:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 juin 2017

fatiguée mais bien.

là, je suis fatiguée, mais contente. tu vois, demain, je ne vais pas à la séance qui se termine après minuit alors que la fin est prévue à 23h. J'ai appelé ma marraine, je lui ai dit, quemoi... trop tard... euh... (sans les boules à facettes et le strobo en phase sur la ligne de basse s'entend) ça le fait pas. elle a comris que je n'étais pas un oiseau de nuit. c'est ça. surtout plus de deux heures assise à écouter, bien bien bien, mais en fait, NON.

 

résultat, je viens de lancer les invitations pour que les amis viennent demain soir en terrasse,

et ça, c'est plutôt sympa !!!

je n'ai qu'une vie, je ne veux pas vivre vieux, je veux bien vivre jusque la fin.

Posté par betty black à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]